Elle me trompa

Poème: Elle me trompa

Je fus un mec très très tolérant
Toujours à me dire, « prendre mon élan »
Les brailleurs m’avaient pourtant prévenu
Mais je n’ai cru et là, la vérité est venue.

Elle était si innocente
Belle et jamais insolente
Mais un jour, un problème entre nous tomba
Et toute désespérée, ma chérie me trompa

Elle me trompa sans arrière pensée
Me trompa sans beaucoup penser
Sans se demander comment panser
Les blessures en moi, étanchées.

J’inventai un courage pour mes yeux
Qui si faibles, versèrent tant de larmes.
Son départ qui m’eut laissé choix qu’en Dieu,
N’attisait en moi que de grandes flammes.

Je fis donc mourir mes souvenirs,
Par des livres comiques pleins de délires;
Qui me rendirent plus que vite le sourire
Me faisant vivre sacrés de fous rires.

Écrit ce jeudi 11-10-2018 à 22h30 à parakou Qtier : Albarik’art par Lyriciste énigmatique

Conte: La naissance polygamie

Conte: La naissance de la polygamie 

Il y a très longtemps, les hommes épousaient une seule femme chacun dans le monde entier. Mais, naquit la polygamie à cause d’un guerrier otammari.

C’était un guerrier très généreux, qui aidait les peuples dans les conflits en se battant. Il n’avait pas de femme dans son propre village. Il voyageait partout dans le monde aux appels des rois et chefs villages pour leur apporter de l’aide.

Un jour, il fut invité dans un premier village pour calmer une guerre entre deux clans villageois et établir la paix entre ces derniers. Venu, il le fit sans bouger le petit doigt. Contents le chef du clan des vainqueurs lui demanda de dire ce qu’il voulait comme récompense mais le guerrier demanda qu’on lui donnasse une belle jeune fille à marier. On rassembla toutes les jeunes filles qui avaient envie de se faire épouser par un héro pour qu’il fasse le choix. C’est ce qu’il fit tranquillement en choisissant une beauté Otammari. Ce fut sa première femme qu’il amena dans son village.

Trois mois plus tard, il entendit qu’il y avait conflit terrien entre des peulhs et des bêtammaribê d’un village non loin du sien. Il décida donc d’y aller pour éteindre le feu. Là-bas, il s’allia au peuple otammari pour vaincre les peulhs car ceux-ci n’avaient pas raison. Après avoir instauré le calme entre les deux ethnies avec une signature d’accords, ces bêtammaribê lui demandèrent de passer quelques jours et de goûter à la cuisine de chaque jeune fille qui se présenterait à lui afin de choisir une femme à marier en guise de remerciement pour tout ce qu’il avait fait pour le village. Il voulut refuser mais le chef des bêtammaribê déclara que c’était une injure de refuser le cadeau de tout un peuple une fois qu’on l’a servit. Le guerrier savait bien ce que c’était de refuser une telle proposition. Il dû alors accepter prendre une seconde femme qu’il ramena dans son village.

Une fois au village, tout le monde fut étonné qu’il  possède deux femmes à lui-seul.  Ainsi, vivant avec ces deux femmes et partageant avec elles le même amour et le même plaisir, régnait chez lui, la paix et le bonheur.  La monogamie l’avait donc abandonné.

Deux ans plus tard, il participa à une lutte contre l’envahissement des français parmi les peuples baribas. Là-bas, on lui dédia une journée de remerciement, lui donnant un cheval et plusieurs secrets de guérison traditionnelle. Avant de partir de ce milieu, il tomba amoureux d’une jeune fille qui à son tour était impressionné par son originalité, sa capacité à faire face à ses adversaires et s’en tirer indemne des conflits. Elle décida de le suivre et devenir son épouse. Le guerrier la ramena donc dans son village, l’ajouta aux deux autres femmes.  Entre ses amis, il parlait bien de ses femmes, vantait le meilleur qu’il gagnait en la polygamie. Il trouvait qu’avoir plusieurs femmes, était une bénédiction car les tâches domestiques pour elles sont désormais partagées. Il voyait la polygamie comme une formation de coopérative de femmes par un homme.

À donc vanter sa vie polygame, certains autres villageois essayèrent puis découvrirent que c’était vraiment bon d’être polygame. Témoignages sur témoignage, tous les hommes du villages se virent contaminés par le virus de la polygamie et ainsi de suite dans tout le monde entier. 

La polygamie il y a donc longtemps, était une bonne chose car les femmes qui vivaient dans ces foyers s’aidaient et ne se disputaient pas. Elles vivaient leur foyer comme elles vivaient en famille, s’entraidant les unes les autres. Les hommes aussi en ce moment, n’avaient pas de préférence parmi leurs femmes. Il n’y avait pas de différence sur elles pour eux et ils trouvaient le même plaisir chez chacune d’elles.

Écrit par Lyriciste énigmatique en juin 2018 à Natitingou.

Challenge série: Friday slam

J’imagine que vous n’avez pas encore écouté les slams déjà publiés du challenge qu’a lance le Lyriciste énigmatique ! Les voici à travers les liens ci-dessous :

SLAM N°1: Le vrai amour

SLAM N°2: À ma petite amie

Abonnez-vous à la chaîne pour voir la nouvelle performance tous les vendredis soirs. J’imagine que vous n’avez pas encore écouté les slams déjà publiés du challenge qu’a lance le Lyriciste énigmatique ! Les voici à travers les liens ci-dessous :

SLAM N°1: Le vrai amour

SLAM N°2: À ma petite amie

Abonnez-vous à la chaîne pour voir la nouvelle performance tous les vendredis soirs.