PIERRE ET LES ESPRITS DE KOUNANCOGOU

Pierre se lie à son Dieu

Il était une fois, un enfant nommé Pierre vivait dans le village de kounancogou. Il aimait entendre parler de Dieu parce que les histoires bibliques l’intéressaient comme les contes que son grand père lui faisaient. Lors d’une évangélisation Pierre avait suivit un film « Yatin » qui l’intéressa beaucoup. À moindre chose, il était tenté de dire Au nom de Jésus Il voulait souvent se mettre dans la peau du pasteur Philippe (Le personnage principal du film)

En août, tous les enfants de 17 à 19 ans avaient comme coutume, faire une cérémonie dans le village. C’est elle qui permettait à chacun des hommes du village de se sentir mâture et de chercher à se marier. Renoncer à celle-ci, c’était renoncer à la vie.

Le jour où tous les enfants devaient se rendre au lieu sacré pour les cérémonies, Pierre, se rappelant des enseignements du pasteur Philippe, contre l’idolâtrie refuse de se prosterner devant quoi que ce soit. Il refuse alors catégoriquement de faire les cérémonies. Ses parent voulurent le forcer mais le petit s’enfuit de la maison pour aller rester sur une montagne, se nourrissant de la farine de baobab et de fruits sauvages. Tout le village s’inquiétait pour lui car nul n’avait refusé ces cérémonies auparavant et s’en est tiré vivant. Le père de Pierre se lança alors dans la recherche de son fils avant qu’il ne soit trop tard pour ce dernier mais l’enfant n’était pas retrouvable.

La nuit où l’enfant fut partit il voulut dormir sur un arbre mais vit qu’il ne serait jamais à l’aise. Il se cacha dans un creux d’une montagne pour dormir. Il ne se sentait pas à l’aise mais il se disait tout bas qu’il devrait vivre libre sans avoir à respecter des ordres sans connaître vraiment où ils appondent.

Très tard dans la nuit, au moment où les autres enfants étaient au lieu sacré, Pierre dormait profondément. Il gonflait tellement qu’on pouvait penser que c’est un chien qui s’énerve après avoir vu un autre.

Au lieu sacré, les sacrifices commencèrent et tout se passait dans le sombre. Aucune lampe torche ne devrait être allumée, aucun appareil ne devrait être en train d’enregistrer quoi que ce soit si non, il serait grillé automatiquement par les fétiches. Pierre jugeait tout de mauvais. C’est pour cette raison qu’il dormait sans crainte.

À deux heures du matin, Pierre entendit un bruit semblable à celui d’un serpent qui siffle. Le bruit commença tout doux mais s’intensifia rapidement dans le sommeil de Pierre qu’il se réveilla.

Réveillé, il vit que c’était un vieux boa qui l’avait entouré. Il cria fortement mais sentait que sa voix ne portait plus. C’est ainsi qu’il entendit une grosse voix qui lui disait: « Pierre! Tu as choisis de ne pas suivre ce que nous avons imposé à tes ancêtres. Tu as refusé de respecter ce que des centaines de générations ont respecté. »

Pierre dans sa peur, savait que ce n’était pas un simple boa mais un esprit du village. Il savait que les esprits qui habitent en des animaux ne tuent pas de cette façon. Il répondit alors: « Oui! J’ai refusé de respecter ces pratiques insensées que vous nous imposez sans nous dire l’importance. Êtes vous jamais venus en personne nous dire pourquoi nous devons le faire? Pourquoi nous parler que des conséquences? Je ne suis plus dans votre catégorie c’est pour cela que je me suis éloigné de votre village. »

L’esprit boa rit d’une grosse voix lui répondit:  » Tu te nourris pourtant des fruits de cette terre. La farine de baobab dont tu te nourris vient de Kounancogou, les raisins et autres sont dans quel village? Même si tu t’en vas à Cotonou, sache que lorsque je dors, tout mon corps couvre l’Afrique parce-que j’ai du sang partout. Tu ne peux échapper à qui tu es. « 

Pierre répondit pris par une colère: « C’est faux » et s’enfuit laissant derrière lui sa farine de baobab et les autres fruits qu’il avait cueillis dans son village. Il courrait jusqu’au petit matin sans arrêt comme si quelqu’un le poursuivait. Il pensait vraiment s’éloigner de la surface de couverture des esprits de son village.

Pierre continuait sa course dans les forêts et les champs jusqu’à midi où il avait atteint une montagne très haute. Cette montagne était très jolie et propre. Elle inspirait un repos et une tranquillité absolue. Arrivé près de la montagne, il s’assit sous un arbre le ventre vide. Rien à manger, rien à boire. Il s’assit un instant et commence à réfléchir tout en se posant des questions.

« Qu’est ce que je fais? Pour qui est ce je le fais? Voici ma situation actuelle. Comment vais-je m’en sortir si je ne même pas qui on appelle Dieu et ne sait non plus comment lui parler directement? Je suis dans un véritable problème. Je ferai mieux de retourner au village. Non! C’est trop tard pour retourner. Je serai couvert de honte et n’aurai pas la paix parce-que tout le monde me prendra pour le mauvais exemple. Je vais donc rester ici, m’adapter à ce que j’ai commencé même ma fin ne sera que mort sur une montagne. »

C’est alors que Pierre commence à se souvenir du film « Yatin ». Il ne savait pas quelle voie prendre et comment mais il ne voulait pas ce qui se passait dans son village. Il était assis en train de chanter un chant désespéré quand il le sommeil le prit sauvagement. Il s’endormit et dans son sommeil fit un rêve.

Dans son rêve, Pierre voit une étoile qui brille dans le ciel en pleine journée. Il la suivit puis arriva à un lieu où personne ne vivait. Dans ce lieu, il voit un viel homme assit seul sous un arbre avec une canne le visage ridé, les yeux fatigués les cheveux tous blancs et raffinés et une grosse brosse végétale dans la bouche. Il salue le viel homme qui lui répondit «  Viens petit bonhomme. Viens te reposer près de moi. Tu as effectué un voyage que nul n’a encore fait depuis la création. Viens, j’ai de la paix pour toi contre ceux qui te chassent. » Pierre s’approche du vieillard puis s’assit à côté de lui.

Le vieillard lui dit alors: Tu sais, tu vis dans un monde où Dieu est comme une réalité fictive or, il est créateur du ciel et de la terre, des humains et des animaux. Nous lui devons tous notre existence et nous ne devons vénérer que lui. Il est le seul et l’unique Dieu. L’Alpha et d’Oméga, le premier et le dernier, le commencement de toute chose. Toi, tu sais bien qu’il existe un Dieu n’est ce pas ?

Pierre: Oui je le sais mais je ne sais pas comment il peut être loin de nous et vouloir que nous le vénérons. Il est comme les fétiches de mon village qui se cachent dans du sable pour nous demander de les adorer.

Viel homme : Attention! Dieu n’est pas comme eux. Il nous a bien donné la façon de le vénérer, de l’invoquer quand nous sommes dans les problèmes. Dans ton village, vous faites des sacrifices d’animaux pour demander ce que vous voulez mais avec Dieu, c’est autre chose. Il suffit de lui parler avec sincérité de tout ce dont tu as besoin et d’avoir foie que tu peux l’avoir avec lui.

Pierre: Êtes-vous sur que si je lui parle de mes problèmes sans le voir il peut m’aider ?

Viel homme : Sûr et certains. Il faut avoir foi en lui. N’oublie pas qu’il est partout où nous sommes. Il nous entend nous sent, lis dans nos pensées.

Pierre: Il est certainement fort inh. J’aimerais beaucoup apprendre de lui. Mais je ne sais pas comment.

Viel homme : Tiens ce livre (tout en le lui tendant). C’est la sainte bible. Tu as toute son histoire dedans. Il est l’heure que je m’en aille.

Pierre: Où allez-vous ?

Viel homme : Je m’en vais rendre compte à celui qui m’a envoyé vers toi

Pierre: Mais, mais…

À ces mots le vieux disparut comme une fumée et Pierre revit l’étoile qui brillait se déplacer tout en s’enfonçant dans le ciel. Il se réveilla prit de peur et vit dans sa main à sa grande surprise la sainte bible que lui avait donné le Viel homme dans le rêve. Il comprît que ce n’était pas un simple rêve.

Il voulût ouvrir la bible mais la faim le dérangeait profondément. Il se sentait faible pour lire un livre aussi grand que celui-ci. Il descendit vers la forêt pour chercher des fruits à manger mais ce n’était que des karités qu’il pouvait trouver. Quand il ramasse les karités et les regroupe, il entend la voix de l’esprit boa qui lui dit: « Tu n’as pas le droit de manger quoique ce soit sur ma terre » mais l’enfant lui répondit: « Il n’y a que Dieu créateur du ciel et de la terre qui puisse m’interdire de manger quoique ce soit de sa terre. Toi, tu es un profiteur comme moi. Alors éloigne-toi de moi. »

L’esprit boa répondît : Je vois que tu as grandit et que je dois te gérer comme un adulte!

Pierre: Tu ne peux pas me gérer car tu ne m’appartiens pas. Ma vie est à Dieu et en Dieu et je n’ai pas peur de toi. Vas influencer les villageois de Kounancogou.

À l’instant, un Gorille court vers Pierre qui grimpe dans l’arbre mais le Gorille le suit jusqu’en haut. Il saute et retombe mais le Gorille le poursuit toujours. Il s’arrête et va prend sa bible au niveau des Karités ramassés puis commence à commander:

« Esprit diabolique de Kounancogou, va loin de moi. Je n’ai plus aucun lien avec toi. Tu as profité de mes ancêtres et de mes parents parce qu’ils avaient les yeux fermés. Moi j’ai les yeux ouverts et je prend autorité sur toi dans le nom de Jésus »

À ces mots, le Gorille qui s’approchait doucement de Pierre, disparaît. Ça faisait très bizarre pour pierre que de simples paroles arrivent à renvoyer un esprit qui a pu tourmenter des peuples durant des années. Il se dit : Désormais, tu verras qui je suis.

Il grimpe encore sa montagne avec ses karités, les mange sans les laver après avoir demander leur bénédiction à Dieu.

Après les avoir mangé, Pierre ouvre enfin le livre qu’il avait en main et commence par lire quand il voit un serpent qui rampait doucement vers lui. L’endroit dans lequel se trouvait l’animal était touffu de feuilles mortes qui avaient la couleur de l’animal mais Dieu ouvrit grandement les yeux de Pierre pour qu’il le vois.

L’enfant leva alors sa main vers le ciel puis dit : « Esprit diabolique qui me suit, je n’ai aucun contrat avec toi. Je prend autorité sur toi dans le nom de Jésus. Il est écrit dans Luc 10:19  » Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi, et rien ne pourra vous nuire ». Quand je marche dans la vallée de la mort avec mon Dieu comme épée, je ne crains rien. Tu es vaincu au nom de Jésus »

Malgré cette prière, le serpent ne disparût pas. Il dût le tuer en l’écrasant la tête avec son talon.

Ne se sentant pas en sécurité, il décide de demander à Dieu par une prière de le fortifier et de le faire comprendre ces choses qu’il ne pourrait pas comprendre facilement sans l’aide de quelqu’un vu qu’il est seul. Dans sa prière, Il entendit une voix douce et étrange qui lui pénétrait dans les oreilles.

« Pierre! C’est ton Dieu qui te parle. Je t’ai tout donné. Tu n’as qu’à tout utiliser. Tu peux tout faire si tu crois vraiment en moi. Donne-moi ta confiance. N’aie pas le cœur dur. Tu vaincras tout ennemi avec ta foi car elle est ton arme. Que la paix soit avec toi »

Pierre fut content d’avoir entendu pour la première fois, une voix qui lui parle sans violence, sans menace. Il s’exclame: « Ça ne pourrait qu’être la voix de Dieu. Où Satan pourrait trouver une si belle et douce voix? Il va rêver et crever avec moi. »

À vingt heures, pendant que Pierre dormait, les enfants de son village pratiquaient l’idolâtrie qui leur est imposée. Le père de Pierre s’en va consulter chez un voyant du village pour voir si son fils était encore en vie et ce dernier lui confirma que l’enfant est bien portant et que rien ne pourrait l’arrivée car une grosse main est sur lui. Le père de Pierre voulait en savoir plus mais le voyant ne pouvait dire que ça. Il se retourna alors chez lui et dit à sa femme et à la famille restante que Pierre était toujours en vie. Toute la famille était contente mais restait a savoir s’il vivrait jusqu’après les cérémonies.

À 23 heures, une chaleur réveilla Pierre mais quand il se réveilla, il vit que c’était du feu allumé sur des pierres. Pierre s’étonna: « Comment se fait il que la combustion soit vive sur des pierres sans combustible ni comburant!  »

Il prit sa bible et pria encore mais entendit la voix de Dieu qui lui dit que ce feu venait de lui. Que l’ennemi avait prépare un coup contre lui dont l’esquive serait bonne grâce au feu. Il fit donc des louanges à Dieu et chanta accompagnant ses chants de prières quand soudain, il vit devant lui un Lion.

Le lion avait l’air affamé les regards très attentionnés. Regardant dans le feu Pierre vit un long fer pointu qui chauffait grandement. Il s’aidait sa bible et se lança dans les prières. Il invoqua le nom de Jésus-Christ à maintes reprises. Demanda de lui accorder la force de Samson pour vaincre le lion. À cette prière, il entendit encore la voix douce qui lui disait : « Tourne autour du feu avec le lion. Il te suivra. Prend doucement le fer qui est dans le feu et brûle le violemment avec.

Pierre fit exactement comme lui dit son Seigneur en frappant de feu à maintes fois le visage du lion qui a peur de traverser le feu. En faisant cela, Pierre disait: » Tu es vaincu au non de Jésus-Christ de Nazareth « . Avec ces coups de feu et de prières, le lion fut vaincu et l’enfant s’endormit.

Le lendemain matin au réveil, Pierre tout affamé devrait se chercher à manger quand il vit un lièvre se cacher dans les herbes. Il suivit tranquillement le lièvre mais à sa grande surprise, s’y cachait un lézard qui le fouetta de sa longue queue et le blessa.

À suivre.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s